- Aurélien: Ancien indécis -
 
 
 

Voici le témoignage que je vous livre, tout en me demandant si il sera d'un grand intérêt. En effet, je suis un peu sceptique quant à l'effet du témoignage « de vieux » parce qu'à l'époque je crois que ça ne m'aurait pas servi, j'aurais regardé ça en étant persuadé d'être unique et d'être le seul à patauger dans « mon » problème et à détenir « ma » solution. Mais ça ne m'empêche pas de bien vouloir apporter ma pierre en tant que « ancien indécis ayant résolu son problème par une réponse catégorique qu'il travaille chaque jour à rendre la meilleure possible ».

Je suis persuadé que le temps permet de regarder les choses avec beaucoup plus de sérénité. C'est mon cas même si mes expériences personnelles de questionnement quant à mon orientation sexuelle ne sont connues que de 3 ou 4 personnes et que je ne souhaite pas élargir ce groupe.

Ma réponse, je l'ai trouvée simplement grâce au choix que l'on fait lorsque l'on choisit quelqu'un. Je n'ai aucun regret, ni d'avoir hésité, ni d'avoir choisi. C'est vrai qu'avec le temps, ce ne sont plus les mêmes choses qui ont de l'importance. Mais toutes nous ont construites et nous construisent encore.

Je crois aussi que le regard de la société évolue quand même assez rapidement sur le sujet, surtout dans un monde aseptisé comme celui de TPE où tout le monde est à peu près instruit. Je ne crois pas que les élèves d'aujourd'hui rencontrent les mêmes problèmes que ceux d'il y a dix ans. Et je n'ai pas trop envie de leur dire : « de mon temps, c'était plus dur » comme un vieux con. J'imagine qu'ils se sont trouvé d'autres problèmes, plus modernes. Cette formulation est un peu dure (car on ne choisit pas d'être dans le désarroi de l'identité sexuelle) mais finalement les réponses sont en nous, même si on a parfois besoin des autres pour les voir…. J'ai l'impression de faire de la psycho à deux balles…

Je reste persuadé que tout est affaire de choix et qu'il faut « juste » souffrir en attendant la personne qui rendra ce choix évident, presque facile : choisir de dire, choisir de taire, choisir un garçon (et pas « les garçons »), choisir une fille (et pas « les filles »), choisir de choisir ou de ne pas choisir, choisir et vivre sereinement son choix parce qu'on sait qu'on l'a fait.

Je ne sais pas du tout si cela constitue un témoignage lisible. Je vous demande juste de laisser ce témoignage anonyme car on n'a pas forcément envie de dire qu'on a eu un choix à faire.

note de Tag : comme vous l'avez sans doute compris, aujourd'hui Aurélien (ce n'est pas son vrai prénom) mène la vie d'un hétéro lambda (papa, par dessus le marché !) ; il est néanmoins intéressant de constater avec lui que cela n'a pas toujours été si simple (quoique la parternité en matière de simplicité !).

<- retour

 
 

- TAG-Lyon - 2004 -