- Olivier: Je me souviens -
 

 

Je me souviens de l'affiche de création de Tag collée sur la vitre de la bissectrice.

Je me souviens m'être fait tirer l'oreille par un ami de l'école d'archi lors de ma première participation au défilé des pédés.

Je me souviens avoir été amoureux d'un copain archi 2ème année qui était amoureux d'un autre copain archi 3ème année et que tous les trois nous étions malheureux.

Je me souviens que le premier garçon que j'ai embrassé était Tpe.

Je me souviens que les ReuTeuLeu ont à plusieurs reprises été l'occasion d'aller à la rencontre de langues étrangères.

Je me souviens de la nuit du cinéma gay au ciné-club de Tpe. Et d'une autre fois, où le deuxième film était "Gazon Maudit".

Je me souviens avoir énormément pleuré devant mes amis lors d'un gala de Tpe.

Je me souviens avoir été témoin au mariage de deux Tpe qui ont longtemps cru que j'étais amoureux d'elle, alors que pas du tout. Depuis, je suis également devenu le parrain de leur petite fille.

Je me souviens de beaux garçons lors de soirées techno organisées le vendredi soir par l'association archi dans le foyer bar Tpe.

Je me souviens d'un article des Râles des Turnes qui s'intitulait "Gay à Tpe" et signé d'un pseudo.

Je me souviens du "club brancard" aux allusions homophiles, mais en fait pas du tout.

Je me souviens avoir croisé un ancien président de l'association des élèves de Tpe à l'UC (United Café).

Je me souviens d'un Tpe 3ème année disant à mon collègue de bureau qu'il allait passer le week-end chez son copain.

Je me souviens avoir été interviewé par une amie Tpe 1ère année en option "sociologie" sur les motivations du choix du conjoint par les élèves Tpe. Je n'y avais pas répondu honnêtement.

Je me souviens avoir dévoilé ma préférence "pour les caleçons plutôt que pour les soutiens-gorges" (ce sont les mots que j'ai employés) à mes meilleurs amis de Tpe à la fin de la 3ème année. Ils n'ont rien dit de particulier et m'ont proposé de rester pour jouer aux cartes.

Je me souviens être resté allongé par terre une longue après-midi de dimanche de novembre de 1ère année à écouter en boucle la dernière chanson de l'album "la Nouvelle Vie" de Michel Jonasz "Est-ce qu'on pourrait être heureux si on voulait ..."

Je me souviens de ma fierté d'avoir été celui qui avait pu voir et toucher le contenu du string à paillette du très beau comédien de la troupe du Théâtre Universitaire de Besançon dont la prestation scénique avait mis beaucoup de Tpettes (et de Tpe !?!) en émoi.

Je me souviens de ma stupéfaction en découvrant qu'on trouvait de telles images en libre accès sur internet. L'émotion fut d'autant plus vive que c'était depuis un ordinateur du ministère de l'équipement de la salle informatique en libre accès 24h sur 24h.

Je me souviens avoir arrêté les sports collectifs dès la 1ère année pour éviter la comédie des vestiaires.

Je me souviens d'une amie Tpette se demandant publiquement "quel genre de vie il mène, Olivier ?". Sans curiosité malsaine.

Je me souviens avoir cueilli tous les jours pendant plusieurs semaines des fleurs roses sur les buissons poussant devant les Onchères pour les mettre dans la boîte aux lettres de mon amoureux secret.

Je me souviens l'avoir entendu quelques mois plus tard se demander qui pouvait bien faire ça.

Je me souviens de la scène de la comédie musicale "Chorus Line" montée par des élèves archi(e)s et Tpe(tte)s dans laquelle le personnage du danseur déclarait son homosexualité.

Je me souviens que le Tpe qui interprétait ce rôle avait alors réalisé concrètement que "ça" existait et que la vie était finalement plus complexe qu'on se l'imaginait.

Je me souviens de quelques couples de garçons Tpe à peu près visibles pendant leurs études. Un couple de théâtreux et un autre, plus tard, de deux joueurs de l'équipe de rugby.

Je me souviens avoir mis un programme du Centre Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin avec mon prénom et mon numéro de téléphone dans la boîte aux lettres d'un très joli Tpe. La pièce qui se jouait était "L'homosexuel, où la difficulté de l'existence" de Copi.

Je me souviens avoir beaucoup regardé les joueurs de tennis sur les cours à travers mes fenêtres des Onchères.

Je me souviens ...

Texte inspiré de la vie réelle d'un étudiant Tpe de la 39ème promotion (présent sur le campus de 1992 à 2000) telle qu'elle se trouve archivée dans sa mémoire et rédigé selon le procédé créé par Joe Brainard (I Remember, traduction française chez Actes Sud, 1997) et repris par Georges Perec (Je me souviens, Hachette, 1978).

mail: mesnardo@wanadoo.fr

<- retour

 
 

- TAG-Lyon - 2004 -