- Peter: Témoignage - 1/2-
 
 
 

Avant tout, je voudrais faire remarquer au lecteur ce que les psychologues tiennent pour avérés : les souvenirs peuvent être (ré)inventés de toutes pièces. Par conséquent, je ne garantit pas l'authenticité de mon témoignage dans la mesure où il rapporte des fait extrêmement lointains : ce qui suit n'est que ce que je retiens de mon enfance et de mon adolescence.

J'ai toujours été homosexuel ! Mes premiers fantasmes mettaient en scène un couple hétérosexuel, et aussi longtemps que remontent mes souvenirs je ne me suis jamais identifié à l'homme de ce couple. Pas non plus à la femme d'ailleurs, mais mon « attention » allait bien plus à l'homme : sa façon d'être, puis son physique, etc. Je passe sur les détails croustillants. On dit que les premiers souvenirs se gravent vers l'age de trois ans : je pense que mes fantasmes datent de cette époque de mes trois voire quatre ans. Ce fantasme s'est développé en primaire puis au collège pour finalement ne plus laisser de place qu'a l'homme idéal de ce couple lui aussi idéal.

En cinquième (j'avais douze ans), j'ai réalisé d'un coup un jour que mon fantasme était de nature homosexuelle. Cette réalisation m'a marqué par sa brusquerie plus que par sa nature je pense. Car j'ignorais jusque là la possibilité de l'existence d'une attirance pour le même sexe. Ce n'est pas comme si j'avais hésité pendant un temps entre les deux sexes : je n'avais jusqu'à ce jour pas compris la signification du mot pédé. J'ai le souvenir d'avoir été Bd St Germain un certain samedi après-midi de Juin avec mon père. Nous sommes tombés sur la Gay Pride bien sûr ! La « fête des pédés » ! Peut-être est-ce cela qui a déclenché chez moi la compréhension de mon attirance pour les hommes. Peut-être pas… Voilà en ce qui concerne MA découverte de MON homosexualité.

Entre douze et quinze ans, je n'ai plus de souvenir marquant : je pensais probablement être trop jeune et trop pédé pour commencer ce que les autres commencent a cet âge là, à savoir les flirts, les premiers RDV d'amoureux, etc. De toute façon je ne connaissais aucun autre pédé. Et puis j'ai commencé à le dire aux filles qui venaient me draguer et qui insistaient pour savoir pourquoi elles ne me plaisaient pas ! La première fille c'était en colo et je ne l'ai jamais revue (comme beaucoup), et la seconde est devenu une très bonne amie. Ca c'était en troisième, donc à 14 ans.

A 14 ans également : découverte d'Internet (découverte c'est un grand mot je connais depuis Compuserve !), mais vous voyez ce que je veux dire : découverte d'Internet Gay. A quinze ans de mieux en mieux, je découvre les adresses mail personnelles en ligne, telles que hotmail puis yahoo ! Résultat je fais une première rencontre : je ne l'ai jamais revu mais c'a été un premier pas de voir un pédé en chair et en os, un vrai et pas un numérique !

J'ai ensuite fait une autre connaissance qui m'a amené au MAG, l'association des jeunes Gays de Paris. J'ai rencontré quelques personnes là-bas, mais pas de véritables amis, c'était assez bizarre, passons ! C'est quand même là-bas que j'ai appris que je plaisais ! Et oui, c'est con à dire mais ça s'apprend ce genre de chose, on ne peut pas le savoir avant d'y être confronté. Mais je restais en mal d'amis, pédés comme moi, à l'issue de cette période.

A seize ans, je ramène un premier garçon chez moi (il faut dire ici que c'est plutôt lui qui s'est invité et que je n'étais pas prêt du tout a cela, d'ailleurs ça ne se reproduira plus avant mes 19 ans). Je découvre aussi le Queen pour ma première sortie en boite, j'ai été tout simplement fasciné, et j'y retourne dès la semaine suivante !


Suite ->

 
 


- TAG-Lyon - 2004 -